Récits, Sport

Le Marathon du Golf de St Tropez

Dis comme ça, tout le monde me fait cette réflexion « on ne se refuse rien ». Oui, nous sommes allez courir le marathon de St Tropez en relai avec mon équipe du Happy Running Crew !

La formation de l’équipe

Cela fait environ 8 mois que j’ai adhéré à l’association Happy Running Crew qui prône des valeurs sportives simples et joyeuses. J’ai commencé à participer aux évènements et ai rencontré pas mal de monde pour courir. C’est assez naturellement que nous avons formé notre équipe de 3 filles et 1 garçon (le courageux) pour courir ce fameux marathon.

J’ai été désignée capitaine. Ce qui revenait en fait à aller chercher les dossards, les t-shirts et bouteilles de rosée pour l’équipe : j’ai été plutôt efficace je dois dire.

Le départ

En revanche, c’était la première fois que je partais ainsi de chez moi : avec des gens que je connaissais très peu et avec qui j’allais partager 2 jours en cohabitation. Je n’ai pas eu peur, les gens de cette association créer par Chloé de la penderie de Chloé, sont tous très ouverts d’esprits. Mais je suis assez solitaire et il faut parfois me faire violence pour m’ouvrir aux autres.

Le samedi donc, je retrouve 2 paloises : une habitant en région bordelaise, l’autre arrivant tout droit de Pau. Grand sourire immédiat. Ouf ! Elles sont l’air très sympa. Vol easyJet direction Nice à 8h20 du matin. C’est parti.

Arrivée à Nice nous louons notre petite Fiat 500 vert d’eau – très local – et prenons la direction de Sainte Maxime où se trouve notre résidence. Dès les premiers kilomètres l’ambiance est annoncée : soleil immense et paysage magnifique, je me demande pourquoi je ne suis pas venue ici plus tôt. Nous arrivons trop tard et non ne pouvons rejoindre le reste du Crew à St Tropez, qu’à cela ne tienne, nous partons en vadrouille dans Sainte Maxime. Premier stop : une belle terrasse pour une bonne salade !

Nous retrouvons l’équipe à 15 heures, on s’installe et Mizuno nous distribues nos nouveaux uniformes floqués aux couleurs du crew : demain nous serons parés !

La soirée Mizuno

Avant d’aller diner et passion photo oblige, nous tentons avec ma coéquipière de trouver de jolies spots photos. Nous nous dirigeons ensuite vers le restaurant privatisé pour nous par Mizuno. La marque nous régale, le repas est super (voire trop), l’ambiance est bon enfant. bref nous passons une bonne soirée mais il est l’heure d’aller se coucher : demain à 6h45 nous nous retrouverons pour le départ du Marathon.

D-Day

Evidemment, le passage à l’heure d’été devais avoir lieu cette nuit ! Résultat : 4h30 environ de sommeil au compteur et je suis le premier relai de mon équipe. Nous sautons dans nos beaux vêtements HRC x Mizuno. On tente d’avaler une banane et rassemblons nos affaires. C’est parti. 60 personnes en bleu et blanc s’avancent vers le départ.

On dit au revoir à nos relais. A cause des horaires de mon avion je ne pourrais pas atteindre la ligne d’arrivée et voir mon équipe finir. Tristesse. Mais je les soutiens et poursuis mon chemin avec tous les relai 1. Grâce à l’une de mes coéquipières exerçant en club, je bénéficie d’un petit entrainement.

Le HRC décide de se rejoindre dans le même SAS : 3h30. Je sais déjà que nous n’y arriverons pas. Ce n’est pas grave, on est ensemble et l’ambiance, bien que très fraiche, est très bonne. Le top départ est lancé, comme d’habitude je perd mes coéquipiers.

J’avance tranquillement. Je n’ai que 13 kilomètres à parcourir et j’en profite pour admirer ce joli bord de mer qui part de Sainte Maxime pour rejoindre Cogolin. Tout se passe bien mais mon rythme est limité. J’aurais du mieux m’entrainer. Promis, pour le prochain, je saurais accélérer.

Au bout des 10km, je réalise que si je continue à ce rythme, je pourrais faire le temps que j’avais visé : 1h20. Alors j’essaie de garder mon allure constante. Enfin, après 12.5 kilomètres, j’aperçois notre relai numéro 2 tout sourire. Elle m’attend tranquillement et je lui transmet mon dossard de façon un peu désordonnée mais heureuse d’arriver.

Notre équipe finir le marathon (42km) en 4h11 minutes. Une belle performance pour les coureurs du dimanche que nous sommes.

Je suis ravie d’avoir pris part à cette expérience qui m’a permis de rencontrer de belles personnes et surtout des compagnons de courses !

Notre prochaine course ? Dans moins d’un mois à Blaye !

Sportivement,

Total de mots : 716

Publicités

Laisser un commentaire